TIP: Cliquez sur une image pour l’afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l’image.

Pictures by Heidi Calvert

En février dernier, j’avais le plaisir de retourner à Los Angeles grâce à la télévision japonaise et bien que très court, ce séjour fut à nouveau le cadre d’une exploration acharnée en quête de traces et de fragments rescapés du Tinseltown de Kenneth Anger, c’est à dire du vieil Hollywood, celui des rêves de celluloïd, de la morphine et des moguls, et de ces studios tout-puissants qui promettaient « more stars than in heaven ». Je suis fascinée par ces temps de grandeur et décadence, et avale chaque semaine des kilomètres, non de pellicule, mais de livres et de documentaires allant des balbutiements du cinéma muet jusqu’à l’âge d’or du glamour. Bien que Hollywood Babylon, soit truffé de mensonges et d’échos de rumeurs tissées de toutes pièces, ce livre n’en demeure pas moins ma bible, car il incarne la projection de mes fantasmes sur une époque que je souhaite aussi sombre qu’un roman de James Ellroy. Hélas, il n’en reste pas grand chose aujourd’hui, les grands studios se fichant pas mal des destinées de Clara Bow et Roscoe Arbuckle, seules quelques étoiles en témoignent sur le parvis de Hollywood Boulevard, mais les touristes ne se souviennent pas de ces idoles d’antan. Malgré tout, il y a dans cette ville aux hauts palmiers une grande communauté vintage, et j’ai pu lors de ces quelques jours faire la connaissance de Jenny Rieu, un rêve de pin-up avec une personnalité tout aussi explosive et généreuse, nous avons passé ensemble des moments inspirants et elle m’a présenté la talentueuse Heidi, avec qui nous avons fait ces photos à l’improviste dans ma coquette chambre du Normandie Hotel (un authentique lieu Art Déco digne du film Sunset Boulevard).

Last february, I had the pleasure to return to Los Angeles thanks to japanese television and although it was quite short, this stay was once again the setting for a entusiasthic quest for traces and fragments rescaped from Kenneth Anger’s Tinseltown, that is to say the Old Hollywood, of the celluloïd dreams, of morphine and moguls, and of these allmighty studios that were promising « more stars than in heaven ». I am fascinated by these times of grandeur and decadence, and swallow each week kilometers, not of film rolls, but of books and documentaries that go from the beginnings of silent cinema to the golden age of glamour. Although Hollywood Babylon is riddled with lies and echoes of completely false rumors, this book is nonetheless my bible, as it incarnates the projection of my fantasies on a time that I wish as dark as a James Ellroy novel. Alas, very little of it remains today, as the big studios couldn’t care less about the destinys of Clara Bow and Roscoe Arbuckle, only a couple of stars on the pavements of Hollywood Boulevard, but the tourists don’t remember those forgotten idols.  But there is in this city of palm trees a wide vintage community, and I had during this stay the pleasure of meeting Jenny Rieu, a pin-up dream with a personnality equally fierce and generous, we spent inspiring moments together and she introduced me to the talented Heidi, with whom we shot these improvised pictures in my cute room at the Normandie Hotel (an authentic Art Deco place worthy of the movie Sunset Boulevard).

Top and shorts : Marilyn Feltz <3 / Shoes : André (few years ago) / Sunglasses : Chantal Thomass / Lipstick : Besame

From Hollywood with Love,

Louise

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. les champs requis sont marqués d’un *